Fuck Genetics
Don't Miss

Suppléments alimentaires – Omega 3

Comme nous l’avons vu dans l’article sur le problème sanitaire actuel lié à l’agriculture intensive, les acides gras que l’on nomme Omega 3 sont essentiels pour notre organisme que l’on soit sportif ou non.

Plusieurs sources peuvent nous apporter ces lipides nécessaires à notre santé : animales ou végétales.

La source végétale étant peu assimilée notamment du fait du déséquilibre entre les apports en oméga 3 et les apports en Oméga 6, elle va surtout être utilisé pour rééquilibrer en partie ce ratio. N’oubliez pas qu’à chaque fois que vous mangez de la viande non certifiée Bleu-blanc-coeur (nourriture animale à base de lin et non de céréales riches en Omega 6), des aliments complètement ou partiellement transformés, vous créez un déséquilibre. Les huiles de type Lin, Colza, Graines de Chia vont vous permettre de résorber (en partie) ce déséquilibre.

La source animale, quant à elle, va permettre une assimilation plus complète. Cette assimilation est due au fait que les Oméga 3 ne sont pas présents sous forme ALA (que l’organisme devra transformer, avec peu de succès), mais avec une bonne biodisponibilité (EPA et DHA). C’est cette forme qui va permettre d’exploiter tout le potentiel de ce nutriment indispensable à notre santé.

La source animale en omega 3 est quasi exclusivement d’origine marine (poisson). Les poissons gras nous l’apporte donc en quantité suffisante pourvu que notre équilibre alimentaire (Ratio omega3/omega6) soit correct. Cela peut nous pose 3 difficultés :

  1. Les polluants marins (mercure notamment) se stockent dans le gras des poissons (là où sont les Oméga 3). Il nous sera difficile d’évaluer les risques/bienfaits.
  2. Le poisson étant de plus en plus cher, la quantité nécessaire sera assez difficile à absorber par le porte-monnaie moyen.
  3. J. Venesson (Nutrition de la Force) nous préconise un équilibre à avoir entre apport en EPA et apport en DHA (2 quantités d’EPA pour 1 de DHA).

Face à tous ces postulats, la logique voudrait que l’on apporte à notre organisme :

  1. Des oméga 3 d’origine végétale pour rééquilibrer le ratio Ω3/Ω6 et fournir de l’ALA
  2. Des oméga 3 d’origine marine pour apporter un minimum d’Ω3 d’origine alimentaire (les poissons présentent d’autres éléments intéressant que les Oméga 3)
  3. Des suppléments alimentaires afin de finaliser l’équilibre.

Dans ces suppléments, il faudra donc vérifier l’origine (poisson et non ester synthétique, garantie sans polluants), les ratios EPA/DHA, l’absence d’Oméga 6.

Ces suppléments sont souvent chers et déséquilibrés en ratio EPA/DHA (les fabricants qui proposent ce ratio optimal sont rares, du fait des coûts de fabrication).

Encore plus rares sont les fournisseurs à proposer la totalité de ces obligations dans ses Oméga 3 (origine naturelle, garantie sans polluant, ration 1 DHA pour 2 EPA). Ainsi, attention à l’origine de vos suppléments !

Le Coût des suppléments Omega 3

En effet, en suivant les préconisations de J. Venesson (1200 mg d’EPA pour 600mg de DHA par jour), nous arrivons à une somme comprise entre 15 et moins de 20 € par mois, selon les fournisseurs. Somme à comparer avec la quantité de poisson nécessaire pour cela.

Pour aller plus loin dans le choix des sources en oméga 3, voici une petite vidéo.

Suppléments d’oméga 3 : éviter les pièges
 

Suppléments d'oméga 3 : éviter les pièges


Les apports attendus d’une supplémentation en Oméga 3 sont très nombreux. Comme pour tout produit alimentaire, ce n’est pas un supplément miracle. Il faut tout d’abord que l’organisme l’assimile, qu’il se rééquilibre (J. Venesson nous présente un délai de 6 semaines avant que la plupart des mécanismes se fassent ressentir).

Voici une liste non exhaustive de l’intérêt que l’on attend généralement d’un bon apport en oméga 3 d’origine aquatique :

  • Maintien des fonctions cardio-vasculaires.
  • Renforcement l’ossature (meilleure synthèse osseuse).
  • Protection des cellules nerveuses en empêchant les neuro-inflammations.
  • Aide à la lutte contre les baisses de régime psychologiques (les carences importantes en oméga 3 sont fréquemment retrouvées chez les patients déprimés par exemple).
  • Apport en matière première à la structure des membranes cellulaires (de l’oeil notamment).
  • Anti-inflammatoire
  • Amélioration du sommeil et de l’humeur

Mais l’activité sportive n’est pas en reste :

  • Réduction sensible des courbatures
  • Meilleur anabolisme musculaire (construction ou reconstruction des muscles après les entraînements, donc en lien direct avec les courbatures)
  • Amélioration de la lipolyse (utilisation des stocks de graisses pour produire de l’énergie)

Bien que cette liste ne soit pas exhaustive (il nous faudrait des pages pour présenter et expliquer l’intérêt d’un apport conséquent en Oméga 3), elle montre clairement les risques dans le cas d’une carence (ou d’un déséquilibre Oméga 3/ Oméga 6).

Ainsi, contrairement à ce que disent certains diététiciens (anti-suppléments par principe et non par argumentation), profitez d’une supplémentation en Oméga 3 pour améliorer votre qualité de vie et vos performances!


sources